Alphan-et-Al

Alexandre Beaudissart était pâle et avait le visage défait. Il n’était chaussé que du pied droit. Sa jambe et son pied gauches étaient entourés de linges que des ficelles maintenaient. Le bandit s’adressa d’une voix rude au sourd-muet :

« Que viens-tu faire ici ? lui dit il. Tu vas décamper, et vite ! Que je ne te revoie plus dans les parages ou gare à toi ! Surtout ne dis rien. Sans cela les gendarmes te mettront au cachot, et tu y mourras de faim. Allons, qu’as-tu à me regarder encore ? Vite en route ! »

Comme Joseph Alphand  médusé ne se hâtait pas d’obéir, Alexandre Beaudissart qui marchait péniblement, et boitait fortement se baissa, ramassa des pierres, et se mit à les jeter de toutes ses forces contre le sourd-muet.